Cachons notre joie, il paraît que les prix du gaz resteront stables cet été ! Tellement habitués que nous sommes à assister impuissants à la hausse continuelle de tous les prix (sauf celui de la sueur de nos fronts), on aurait presque envie de déboucher le champagne. Sauf que… l’était po censé baisser dis Jeannot l’prix du gaz ? Ben si, ma pauv’Lucette, mais kes tu veux, quand l’mouton l’a d’la laine en été, bah tu vas bien l’tondre à raz boudiou !

Un commentaire ? Une explication ? Oui, en voilà une assez phénoménale dans son genre, trouvée ici (je rajoute le sous-titrage, pour les malentendants, entre parenthèses) : " Le gouvernement préfère ne pas faire suivre ces hauts et ces bas (surtout ces bas donc) et mise sur une stabilisation des prix (à la hausse)." Ben oui, quoi, le prix du pétrole commence à remonter nous dit-on, ça l'a pris comme ça d'un coup, hop ! Alors on va quand même pas se donner la peine de baisser les tarifs alors qu’on vous prépare une petite resucée pour l’hiver !

N’est-ce pas formidable quand même ce prix du pétrole ! Aussi pratique qu’un Ben Laden de poche qu’on peut dégainer à tout moment en cas de besoin. Pour résumer, le prix du pétrole donc, était censé s’envoler jusqu’aux étoiles, mais n’a finalement fait qu’une brève et spectaculaire envolée le temps de permettre d’augmenter aussi le prix du gaz puis est reparti soudainement à la baisse sans que personne ne comprenne pourquoi. Le prix du gaz, qui ne devait baisser qu’en juillet, au moment où, comme tout le monde le sait, on grelotte près du poêle, va finalement rester égal à lui-même, c’est à dire foutrement trop cher par rapport à ce qu’il devrait normalement être.

L'association de consommateurs CLCV réclame naïvement une baisse des tarifs de 20%, arguant du fait que "les prix du pétrole brut ont retrouvé leur niveau du début de l'année 2005 alors que le prix du gaz, lui, est toujours supérieur de près 40%.

Vous y croyez ? Malheureux !

Non seulement vous pouvez toujours vous brosser pour avoir la moindre petite baisse du coût de quoi que ce soit, mais en plus, les 20 %, c’est à la hausse que vous allez vous les prendre, cette fois-ci de la part d’un certain Pierre Gadonneix, patron d’EDF, qui trépigne dans son bac à sable pour avoir plus de bibilles comme son copain.

20 % !!! L'est fou lui ! Me direz-vous...

Mais connaissez-vous cette technique de négociation bâteau, qui consiste à demander vachement plus que ce que l'on souhaite et à diminuer ensuite ses prétentions pour que l'autre accepte en ayant l'impression de vous avoir fait reculer et donc d'être le grand gagnant de l'histoire ?

Ben je crois bien que le manuel du parfait petit con de manipulateur de base circule chez les potes MEDEF à Sarko.

Mais soyons rassurés, le monsieur nous dit qu’il ne nous sucera que "de 2 à 3 euros par mois" de plus, seulement. Et bientôt nous nous rejouirons d'avoir obtenu que la hausse ne soit finalement que de seulement 15 %.