3_ages

(Gustav Klimt, 1905, 180 x 180 cm Galerie Nationale d'Art moderne et Contemporain, Rome)

Gustav Klimt exécute Les Trois Âges de la vie en 1905. Il est alors un des artistes d'avant-garde reconnus à Vienne, où il anime un des groupes issus de la Sécession, version autrichienne de l'Art nouveau. Sa renommée s'étend à l'Europe, notamment en Allemagne, grâce aux nombreuses expositions auxquelles il participe. Les Trois Âges de la vie sont ainsi successivement montrés à Berlin en 1905, à Mannheim et à Vienne en 1907, et reçoivent une médaille d'or à l'Exposition internationale d'art à Rome en 1911, avant d'être acquis par l'État italien. La toile est caractéristique du style auquel l'artiste est alors arrivé, à la fois symboliste et éminemment décoratif, jouant sur les effets de matière précieuse et de couleurs.Le thème est traditionnel : les trois âges de la vie - l'enfance, la maturité, la vieillesse -, et il a inspiré de nombreux artistes, comme le montre la comparaison avec un tableau peint par Titien à la fin de sa vie sur le même sujet. Le peintre, à gauche, s'est représenté avec son fils Orazio, au centre, et son petit-fils adoptif Marco, à droite. Chacun domine un animal symbolique (loup, lion et chien), une inscription couronne l'ensemble : « Tirant la leçon du passé, le présent agit avec prudence pour ne pas compromettre l'action future ». Klimt est moins démonstratif que Titien, mais il offre une méditation analogue, fondée sur les différents âges de la femme, et notamment sur celui de la maternité, mis en évidence au centre de la composition.Celle-ci oppose, dans le groupe central, la jeunesse et la vieillesse plutôt que les trois âges. À gauche, la déchéance de la vieillesse, marquée par la description très crue du corps flétri, qui rappelle certaines œuvres d'artistes contemporains de Klimt, comme le bronze de Rodin Celle qui fut la belle Heaulmière. À droite, la figure de la maternité heureuse, qui réunit étroitement dans leur sommeil paisible les visages d'une mère et de son enfant. Klimt reprendra un peu plus tard cette disposition dans Le Baiser, peint en 1907-1908.L'aspect purement décoratif est devenu pour Klimt, à cette date, inséparable de la création. C'est ainsi que les Rosiers sous les arbres composent une surface picturale uniforme, indépendante du sujet. De même, dans Les Trois Âge de la vie et dans Le Baiser, le fond, sur lequel se détachent comme des silhouettes les personnages, tend à devenir autonome, sans souci de description réaliste ou de perspective. Les jeux de matière et de forme guident complètement l'artiste. Cette tendance à fonder la peinture sur des considérations strictement décoratives va trouver son épanouissement dans les mosaïques du palais Stoclet, à Bruxelles, réalisées sur des cartons de Klimt, de 1905 à 1909. Que ce soit dans L'Attente ou dans L'Accomplissement, on retrouve certains éléments présents dans Les Trois Âges de la vie, mais encore plus systématisés : importance de la figure féminine, des motifs géométriques définissant une surface sans aucun relief, notamment dans les vêtements, et enfin unification par le décor.

3_ages_bis

(Titien, Allégorie du Temps gouverné par la Prudence. 1565-1570. Huile sur toile. 75,6 cm x 68,6 cm. The National Gallery, Londres)