" C’est la première chose que m’a apprise Sarkozy : en politique ce qui compte, ce n’est pas ce que l’on vous donne, c’est ce que l’on prend "

" Vous l’aurez compris je n’ai pas pour habitude de regarder passer les trains, mais bien au contraire de tout assumer. Mes doutes, mes échecs, mais aussi mes idées… et mon ambition "

(Source: Jean-François Copé-coller de Sarkozy)

Voilà de ces petites phrases qui vous donnent un coup de speed après le café. Y a rien à faire, la mentalité petit manager dégoulinant de zèle et débordant de niac, je m’y fais pas.  Il a bien appris ses leçons le Copé, mais il est pas encore sorti de son bac à sable où il rejoue le drame de sa petite enfance, quand il s’est pris un coup de pelle dans le menton après s’être fait piquer son seau en plastique. Bref, il a pas tout compris. La politique, c’est représenter des électeurs et se mettre à leur service, alors on s’en secoue le baba de savoir ce qu'il assume ou ce qu'il prend,  le train ou autre. C'est fou ça. Ce qu’il ne pige pas Maître Corbeau, c’est que de là où il s'est perché, non seulement on voit sous sa robe mais quand il postillonne, c'est sur UN PAYS TOUT ENTIER ! Alors c’est pas lui qui "assume" les conséquences de ses délires de mégalo mais NOUS, la France d'en bas comme dirait l'autre ! Et franchement on s'en tape le bourrichon de son ambition. Qu’il aille donc faire un stage de survie dans la jungle amazonienne ou s’inscrire à Koh Lanta s’il veut se prouver qu’il en a, et puis qu’il aille aussi faire une bonne psychanalyse pour exorciser ses conflits d’ado en mal de figure paternelle, mais Y EN A MARRE DES MALADES QUI SE FONT MOUSSER AU POUVOIR !