Le terme de « déjà vu », utilisé pour la première fois par Emile Boirac (1851-1917) dans son ouvrage « L’avenir des sciences psychiques », désigne l’impression d’avoir déjà vu un lieu ou déjà vécu une situation. Cette expérience est souvent accompagnée d’un sentiment particulier, mélange d’étrangeté et de familiarité, et d’une incapacité à retrouver un éventuel souvenir relatif à ce sentiment de déjà vu.

Quelles sont les causes du déjà vu ?

La multiplication des recherches effectuées en sciences cognitives sur ce sujet ces dernières années, ne permet pas pour autant d’expliquer clairement ce phénomène. Plusieurs hypothèses tentent d’en rendre compte :

L’expérience de déjà vu proviendrait de la rencontre du contenu d’un rêve oublié, en partie ou en totalité, et d’une situation vécue à l’état de veille. Les éventuelles concordances entre les éléments provenant de la vie onirique et le contexte réel rencontré donneraient lieu à l’impression de déjà vu.

Le cerveau aurait la capacité de déterminer, inconsciemment et dans un très court laps de temps, ce qui dans l’environnement du sujet, concorde avec des expériences déjà rencontrées. Cette capacité aurait pour fonction de permettre à l’individu de déterminer si la situation rencontrée l’a déjà été ou non et aurait été utilisée par nos ancêtres pour réagir au plus vite face à un éventuel danger.

Une zone du cerveau, le parahippocampe, serait à la source des sentiments éprouvés lors d’une impression de déjà vu. Le parahippocampe fonctionne habituellement en complémentarité avec l’hypocampe, le siège de la mémoire, qui permet de déterminer s’il y a effectivement concordance entre des expériences déjà rencontrées et une situation actuelle. Lors de sentiments de déjà vu, le parahippocampe fonctionnerait seul, sans l’hypocampe. Il ne subsisterait donc que le sentiment étrange caractéristique du déjà vu.

Outre ces différentes explications, les chercheurs ont observé que les personnes souffrant d’épilepsie ont plus souvent des impressions de déjà vu. Le stress et la fatigue sont également des facteurs favorisant cette impression, qui tend à diminuer avec le vieillissement. Il paraît donc très probable que l’origine du sentiment de déjà vu est pluri-factoriel, ce qui explique en partie les difficultés rencontrées pour l’expliquer.

Déjà vu et vies antérieures

Les phénomènes courants et mal compris sont souvent à l’origine de diverses « théorisations » interprétées comme « paranormales » par une partie de la population. L’expérience de déjà vu ne fait pas exception et il est fréquent qu’elle soit interprétée en tant que « réminiscence » de vies antérieures. Etant donné l’ensemble des éléments allant dans le sens d’une origine cognitive de ce trouble, l’hypothèse réincarnationiste, quelque soit sa validité dans l’absolu, paraît inadaptée pour rendre compte du déjà vu.

Déjà vu et perceptions extra sensorielles

L’impression de déjà vu est également fréquemment associée à la précognition, c’est-à-dire la capacité d’obtenir des informations sur un évènement futur selon des modalités perceptives inexpliquées à l’heure actuelle sur le plan scientifique. Comment distinguer une précognition d’une impression de déjà vu ? Il s’agit d’une question à laquelle il est difficile de répondre étant donné que la précognition n’est pas un phénomène dont l’existence est reconnue par l’ensemble de la communauté scientifique. On peut cependant noter certaines différences si l’on se réfère à la littérature parapsychologique portant sur la précognition. On remarquera en particulier que :

-  La précognition ne donne pas lieu à l’impression d’étrangeté caractéristique du déjà vu.

-  La précognition est censée se produire avant les évènements qui vont se dérouler. Le déjà vu est en revanche simultané à l’expérience rencontrée.

-  La précognition porte le plus souvent sur des évènements affectifs (décès d’un proche, accident, etc.). L’impression de déjà vu est revanche associée le plus souvent à des situation banales de la vie quotidienne.

Il est donc généralement facile de distinguer une précognition d’une impression de déjà vu : le déjà vu donne le sentiment d’être en mesure de décrire ce qui va se passer alors qu’en réalité ce n’est pas le cas... la précognition en revanche est censée permettre de déterminer au préalable et de façon précise un événement à venir. Très concrètement, un moyen efficace de les différencier consiste à noter par écrit ce qui est censé se produire dans le futur...

Le déjà vu reste donc encore mal connu, en particulier du grand public pour qui il demeure source d’incompréhension et d’interprétations variées. Les recherches actuelles ont permis de mieux le comprendre et aideront certainement à mieux décrire certains processus du fonctionnement cérébral.

Source : http://www.paranormal-info.com