Il existe un monde, derrière votre écran, où tout est possible. Changer de vie, de sexe, de femme, de métier, de maison, TOUT est possible. C’est possible sur Second Life, un monde virtuel persistant qui n’existe que sur votre ordinateur et sur quelques serveurs dans la Silicon Valley.

Second Life est une simulation sociétale virtuelle, permettant de "vivre une seconde vie", parallèlement à la réalité, visant à recréer une "utopie artificielle".
Vous pouvez acquérir des bâtiments, y inviter d'autres "résidants", organiser des fêtes sur la plage... et introduire vos propres créations (programmes, objets virtuels, etc.) dans l'univers de jeu, tout en restant juridiquement propriétaire. Vous pouvez acheter des terrains, y bâtir "l'impossible" et les gérer financièrement (l'argent pouvant être tant virtuel que réel). Les échanges sont fait avec Linden-dollars : monnaie virtuelle qui peut être échangée contre de la monnaie réelle.

Des millions de personnes se sont créé une identité et une vie dans ce jeu ou il n'y a rien à gagner. On se forge un personnage, qui n'a rien d'autre à faire qu'à vivre avec celui des autres, communiquant par messagerie instantannée.

Le succès de cet univers ludique est tel que ses habitants ne passent plus leur temps à voler sur des tapis volants, aménager leur maison ou faire l’amour, mais à monter une entreprise de transport, un empire immobilier ou une maison close spécialisée dans la prostitution débridée. Des activités qui génèrent des revenus bien réels… A tel point qu’entreprises, médias, chanteurs ou enseignants ont investi l’endroit pour y faire leur promotion ou y vendre leurs produits.

Quand le virtuel devient réel, quand le jeu devient sérieux, vous êtes sur le point de démarrer une deuxième vie….

Les entreprises ont vite saisi les possibilités publicitaires de cet univers. Sun, IBM, Toyota, Nike, on ne compte plus les firmes qui ont investi l'endroit. Conférences, boutiques virtuelles, tout est bon. Mieux, la chaîne hôtelière Starwood teste un concept d'établissement qui n'ouvrira qu'en 2008 dans notre monde physique !

Il se passe désormais trop de choses dans cet univers en expansion permanente pour que les médias ne s'y intéressent pas. La palme de l'originalité revient à l'agence de presse Reuters, qui a tout simplement ouvert un bureau, tenu par un vrai journaliste, Adam Pasick, et son avatar Adam Reuters, pour qui « Second life est un lieu ou les affaires sont en plein boom »

Le monde des arts a investi cet univers où la création et la liberté sont reines. On recense plus de cent galeries d'art, mais aussi des bibliothèques où sont répertoriés un nombre croissant de livres. De nombreuses conférences sont organisées, notamment par Harvard, sur des sujets aussi divers que l'identité numérique ou l'art précolombien.

Le premier concert virtuel a été l'oeuvre de Suzanne Vega, avant que U2 (photo) ne l'imite. Les capacités techniques ne permettent qu'à un nombre limité de privilégiés d'y assister (environ une cinquantaine), ce qui rend l'événement encore plus branché !

si vous êtes perdu, une solution s'impose, l'agence de tourisme. Contre des dollars sonnants et trébuchants, elle vous fera visiter l'univers, rencontrer ses habitants les plus intéressants et gouter les paysages numériques.